Nous avons une illustratrice

Publié le par Mamazon

Illustrer ou ne pas illuster?

Le blog à l'origine du livre est un blog d'écriture uniquement. Pas une photo, pas un dessin.
Pourtant, lorsque sur le blog, on parlait "livre à partir du blog", cette suggestion revenait : "oui, avec des illustrations sympa".

Qui peut illustrer?


- J'édite sans éditeur traditionnel mais avec Lulu, que quelques vieux grognons considèrent encore (ou déjà) comme un repaire d'auteurs zaigris parce que personne n'a voulu de leur torchon.

- J'édite à bas prix et je n'ai pas l'intention d'y mettre des centaines d'euros (Lulu, c'est assez gratos). Et avec comme objectif la vente de 25 exemplaires (à mes cousines, dirait certain).

- Il faut trouver un illustrateur "compatible" avec ces contraintes :
  • Le projet doit lui plaire assez pour qu'il accepte d'y participer "pour rien", ou pour pas grand chose.
  • Pour qu'il ne vise pas la richesse en royalties, ni la gloire en tirages.
  • Ou alors, qu'il y croit assez pour savoir que cette forme d'autoédition peut, pourquoi pas, mener à un succès relatif.

("encore faut-il que le livre soit bon", dirait certaine).


Comment trouve l'illustrateur compatible?

Quelques pistes :
- qu'il adoooore le blog qui va être transformé en livre
- que j'adooooore son coup de crayon et que cette adoration soit confirmée par Papazon, acteur principal
- qu'il ne soit pas professionnel
- qu'il ait quelques secondes de disponibles dans le prochain mois.

J'ai donc commencé par réfléchir à mes connaissances, des non-professionnels dont j'aurais remarqué le coup de crayon.

Il y a Jean-Pascal.
Il est passé quelques mois en stage dans ma boîte, il y a 6 ou 7 ans. C'était un stage d'ingénieur, mais en plus de son boulot d'ingénieur, il avait pour habitude de tracer des scène de la vie de bureau en stylo sur des post-it. Ses personnages étaient des lapins, et le résultat hilarant.
De déménagement en déménagement, j'ai trimballé une photocopie de son "best-off" de post-il. J'ai réussi à retrouver une vieille adresse email, et j'en suis restée là.
Raison principale : Papazon ne se sent pas dans la peau d'un lapin. Et ce mec là, Jean-Pascal, c'est vraiment les lapins de bureau qui feront son succès.

Il y a Laurence D.
Je me souviens m'être dit un jour : si je fais un livre, je lui demanderai de l'illustrer. Je ne me souviens plus des dessins que j'ai vus d'elle, mais cela devait bien me plaire.
Laurence vient d'agrandir sa famille. Depuis quelques années, j'ai beaucoup de mal à avoir des bribes de ses nouvelles - dé-bor-dée. Je n'ai vraiment aucune illusion sur sa disponibilité, surtout en ce moment, pour quelconque projet. Je ne l'ai pas contactée.

Il y a deux lectrices du blog
L'une fait des dessins que j'adore, mais qui ne conviendraient pas pour cette édition. Si ce n'est pour la couverture. Ses tableaux sont en couleurs.
L'autre est illustratrice pour enfants, une vraie, qui a plein de bouquins à montrer sur son site web.
Je ne leur ai pas demandé.

Dans le passé, j'ai fait du repérage
J'ai une liste de sites de dessinateurs qui me plaisent, ou qui pourraient me plaire. Je n'en ai contacté aucun non plus. Cela me semble difficile d'attaquer quelqu'un qui ne me connaît pas, ni moi ni "mon oeuvre". Pour lui demander de travailler sans avance, rien que pour d'hypothétiques royalties.

Passer une annonce sur le blog
Cela aurait été la prochaine étape, si Gibie n'avait pas dit oui. Je vais vous présenter Gibie un peu plus tard.
Sinon, j'aurais annoncé sur Mon homme au foyer, le blog, que nous cherchons un illustrateur qui y croit et qui travaille pour la gloire.

Prochaine note sur Gibie.

Publié dans Illustrations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article